Place du Cirque 3, 1204 Genève, Suisse

+41 22 328 19 78

auditsexpert@gmail.com

Pourquoi le CBD ? -

Pourquoi le CBD ?

CBD

Œufs et viandes insuffisamment cuits, fromages à pâte molle, poissons à forte teneur en mercure, hot dogs, tranches de charcuterie, germes, produits non lavés, produits laitiers non pasteurisés, malbouffe, kombucha, café, thé, sodas à base de caféine et alcool. La longue liste des interdits pour les femmes enceintes vient de s’allonger un peu plus, grâce à son dernier ajout (potentiel) : les produits à base de CBD.

Présenté comme un traitement naturel pour les nausées du premier trimestre, entre autres, le CBD est de plus en plus utilisé par les femmes enceintes ces dernières années. Le sous-produit de la feuille verte gagne en popularité au-delà de la foule prénatale pour sa capacité à soulager la douleur, à supprimer les nausées et à traiter l’anxiété et l’insomnie.

“La perception d’un manque de risque peut y contribuer”, déclare Katie Toft, MD, directrice clinique de Premier OBGYN of Minnesota. “L’évolution des attitudes sociales y contribue également”. Elle note que de nombreuses personnes considèrent le CBD comme un moyen plus naturel de gérer et de traiter leurs symptômes de santé. Bien que Toft n’ait pas eu beaucoup de patientes enceintes qui ont opté pour le CBD, elle dit : “Je ne le recommanderais certainement pas.”

En revanche, la consommation de marijuana pendant la grossesse est plus largement étudiée et constitue l’une des substances les plus fréquemment consommées par les futures mamans. Elle cite l’enquête nationale sur la consommation de drogues et la santé, qui a signalé une augmentation des taux de consommation au cours du premier trimestre dans tous les groupes d’âge de 2017 à 2019.

Loin de le considérer comme un traitement naturel, la FDA déconseille l’utilisation du cannabidiol (CBD), du tétrahydrocannabinol (THC) et de la marijuana pendant la grossesse ou l’allaitement.

Alors, dans quelle mesure l’utilisation du CBD est-elle vraiment mauvaise pour les femmes enceintes ?

Dans la première étude de ce type, récemment publiée dans la revue Clinical Epigenetics, des chercheurs de l’université du Minnesota ont examiné les effets à long terme sur la progéniture des souris, associés à la consommation de CBD par voie orale par la mère pendant la grossesse et l’allaitement.

“Les animaux adultes qui ont été exposés à la CBD dans l’utérus et au début de leur vie ont montré des changements durables dans leur comportement cognitif (pensée) et affectif (sentiment), même après qu’ils n’aient pas été exposés à la CBD pendant une longue période”, explique Christopher Faulk, Ph.D., professeur adjoint en génomique fonctionnelle au département des sciences animales de l’université. “Ces premiers résultats incitent à la prudence à l’égard des femmes qui utilisent le CBD pendant la grossesse et l’allaitement – des composés comme le CBD et le THC traversent facilement le placenta et se retrouvent dans le lait maternel.”

M. Faulk et la responsable du projet, Nicole Wanner, DVM, chercheuse postdoctorale à la faculté de médecine vétérinaire, ont constaté une augmentation de l’anxiété mais aussi une amélioration des performances de la mémoire chez les femelles adultes, alors que les mâles n’étaient pas affectés. (Ce qui n’est pas de bon augure pour nous, les femmes, déjà plus sujettes à l’anxiété).

L’étude a également révélé que l’exposition au CBD a modifié les marques de régulation des gènes, ce qui ne signifie pas grand-chose pour nous, les profanes, mais constitue une découverte essentielle pour Faulk, Wanner et la communauté scientifique. Ces régulateurs de gènes, appelés marques épigénétiques, selon Faulk, “aident à diriger le “quand, où et combien” de nos gènes sans modifier la séquence d’ADN sous-jacente, de la même manière que l’ajout d’une virgule peut changer le sens d’une phrase”. Pensez-y : Eats, Shoots & Leaves.

Les scientifiques savent déjà que les marques épigénétiques sont impliquées dans la mémoire et l’humeur, et l’étude de l’Université du Michigan est la première à montrer que ces marques sont affectées par la CBD. “Nous avons constaté que ces marques épigénétiques étaient modifiées de manière significative dans le cerveau des souris exposées à la CBD pendant leur développement, en particulier dans les gènes contrôlant la croissance et la communication des cellules cérébrales”, explique M. Faulk.

Et pourquoi est-ce important, me direz-vous ? Les gènes affectés par l’exposition au CBD dans l’utérus sont impliqués dans le développement du cerveau, et plus particulièrement dans la formation d’affections telles que l’autisme, l’épilepsie et les troubles liés à la toxicomanie.

La principale préoccupation ici concerne le développement de petits cerveaux impressionnables. Faulk et Wanner s’inquiètent des effets à long terme de l’exposition indirecte au CBD dans l’utérus et lors de l’allaitement, ce qui nous a amenés à nous poser la question suivante : l’abondance de produits à base de CBD largement accessibles à tous peut-elle avoir des conséquences néfastes ?

 

Pour en savoir plus :

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Cannabidiol
  2. https://topcbd.ch/vaud/montreux/
  3. www.planetesante.ch
  4. blog.hopitalvs.ch
  5. cannabisking.ch

Post a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*