Place du Cirque 3, 1204 Genève, Suisse

+41 22 328 19 78

auditsexpert@gmail.com

Origine de l'Alchimie -

Origine de l’Alchimie

Les origines de la science alchimique, de la philosophie hermétique et de l’art épars remontent à l’antiquité la plus lointaine. Dans les fraternités initiatiques, il existe encore une tradition selon laquelle cette métaphysique transcendantale s’est épanouie magnifiquement dans la mystérieuse Atlantide et dans l’ancienne Lémurie, dont les temps, cinquante mille ans avant Jésus Christ, ont laissé leurs secrets comme héritage aux sanctuaires indiens et égyptiens. Ne pouvant nous référer à des époques si lointaines que le temps – qui détruit même les idées – avec sa force le rend incertain, nous nous limiterons à scruter la révélation égyptienne, dont les documents sacerdotaux nous ont été transmis sous la forme de hiéroglyphes cachés par le triple voile isiaque….

La Science Sacrée d’Egypte, jalousement gardée par des collèges magiques, a compris l’intégrité de ce que nous appelons aujourd’hui l’Occultisme, c’est-à-dire les différentes branches de la Sagesse Parfaite : la théurgie, la thaumaturgie, l’astrologie, l’alchimie, la magie. De là, nous pouvons voir qu’il est impossible de considérer isolément l’état d’une seule de ces cognitions. Un lien intime les a frappés et les a frappés entre eux, en vertu de la loi de l’analogie, qui règne sur les trois plans de l’univers, et sans l’aide de laquelle on tombe dans les incertitudes stériles de la spécialité contemporaine.

Donc, selon Kremmerz, c’est l’Egypte qu’il faut regarder, et avant cela l’Inde, et avant cela, dans un passé devenu nébuleux en Atlantide. Restant avec l’Egypte, les Grecs et les Romains, c’est avec ces derniers que, comme nous le verrons, Telestica atteint (du moins selon mon opinion et mon expérience limitée) le maximum absolu d’efficacité et de pouvoir. Avant d’aborder cette question de front, il serait donc bon de jeter un coup d’œil à la vision d’ensemble de la religiosité romaine.

Genius Loci, Lari, Penati : dieux mineurs de la religion romaine

Les Romains, comme beaucoup d’anciens peuples, étaient parfaitement conscients que dans la nature tout est vivant et conscient et qu’il y a en elle non seulement des êtres étudiés par des biologistes, mais aussi des êtres invisibles, qui semblent souvent défendre des forêts, des sources, des plages, des rivières, des montagnes. Bref, défendre les lieux. Ils appelaient ces divinités des Genii Loci “mineurs”. Le Genius Loci est présent un peu partout dans les bois, près des rivières et des sources, des montagnes, des volcans (mais maintenant ils deviennent rares à cause de la pollution et surtout de notre mauvais rapport avec la Nature, qui tend à les éloigner).

Une fois, pendant mes cours de Domothérapie, j’avais l’habitude d’emmener le cours en pleine campagne pour apprendre à sentir la présence des êtres invisibles de la Nature. Je me souviens encore d’un cours en Sardaigne, près de Cagliari, au Tombeau des Géants. Après les relevés habituels d’utilisation (qui sont toujours un peu “mécaniques” et “mécanistes”), nous sommes descendus au fond d’une sorte de vallée qui, évidemment, était mouillée par un ruisseau en hiver et en été, était sèche, mais riche en plantes et en arbres. Après une première phase d’entraînement facile à percevoir la présence des êtres invisibles de la Nature de ce lieu magique, les amis sardes sont devenus très habiles à identifier ces êtres et certains ont même commencé à les voir.

En savoir plus : https://divinatoire.ch

Post a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*