Place du Cirque 3, 1204 Genève, Suisse

+41 22 328 19 78

auditsexpert@gmail.com

L'historique de la Renault Megane -

L’historique de la Renault Megane

Renault Megane

La petite histoire de Renault Megane

Officiellement créé en 1976 par la fusion des départements compétition d’Alpine et de Gordini, Renault Sport a dû attendre deux décennies avant de vendre sa première voiture de route portant le label RS.

Après avoir abandonné la marque Alpine en 1994 et avoir renoué avec la rentabilité après une décennie difficile, Renault voulait une voiture pour rappeler au monde son pedigree sportif. Elle servirait également de base à une série de sport automobile à une seule course, sans obligation d’être basée sur un modèle Renault existant.

Le projet W94 a donné naissance à la Renault Sport Spider au salon de l’automobile de Genève en 1995. Il s’agissait d’une voiture biplace à moteur central et à propulsion arrière, sans toit et, dans sa forme initiale, sans pare-brise non plus. Sa carrosserie était construite en plastique composite sur un châssis en aluminium et était propulsée par une version du moteur F7R de 2,0 litres à quatre cylindres, déjà vu sur la Clio Williams. Avec un poids de 930 kg, elle était décidément plus lourde que la Lotus Elise, mais avec 148 ch, elle pouvait quand même faire le sprint 0-62 mph en 6,5 secondes.
Une version révisée équipée d’un pare-brise est apparue en 1997, avec 96 voitures à conduite à droite finalement produites pour le Royaume-Uni, bien que Renault n’ait produit que 1685 voitures au total pendant la durée de vie du Spider – à peine un dixième de ce que Lotus a réalisé avec sa désormais emblématique Elise.

La division s’est plutôt concentrée sur les versions performantes des modèles Renault de route, en commençant par la Clio 2. Elle avait contribué aux Clio 16v et Clio Williams, mais aucune de ces voitures n’avait porté le nom de la division. La Clio Renaultsport 172 a été lancée en 2000 avec un moteur atmosphérique de 2,0 litres réglé pour produire 168 ch. Un kit carrosserie plus volontaire et des jantes en alliage OZ la distinguaient des Clio de moindre importance, tandis que le châssis bien rodé garantissait une tenue de route bien supérieure à celle de ses rivales de l’époque. Un lifting a suivi, ainsi qu’une 172 Cup dépouillée, qui utilisait des suspensions plus rigides mais perdait la climatisation et les freins antiblocage pour gagner du poids.

Entre-temps, le département des sports mécaniques de l’entreprise a créé une Clio radicale à moteur central pour remplacer la série de courses du trophée Renault Sport Spider. Une version routière a reçu le feu vert car les dirigeants de l’entreprise espéraient reproduire la balistique Renault 5 Turbo.

La Clio V6 Renault Sport était un remaniement complet de la Clio de base, avec des proportions massivement élargies et un groupe motopropulseur V6 redoutable placé directement derrière le conducteur. Avec 227 ch envoyés exclusivement aux roues arrière, elle pouvait être plus qu’une poignée. À l’époque, nous décrivions la conduite d’une voiture proche de la limite comme “celle d’un dentiste dans une réserve de lions : vous alliez être mordu, la question était juste de savoir quand et à quel point”.

Renault s’est attaqué une deuxième fois à cette voiture en 2003, en portant sa puissance à 252 ch, ce qui en faisait la voiture à hayon de série la plus puissante au monde à l’époque. Un empattement plus important, une voie plus large, des ressorts plus rigides et des jantes en alliage plus grandes ont donné à la voiture de la phase 2 plus d’adhérence, même si elle pouvait encore surprendre un conducteur imprudent. Associée à un prix élevé, elle s’est vendue en nombre relativement faible et est très prisée aujourd’hui.

Cette année-là, la première Renault Sport Mégane est également lancée. La Mégane Renault sport 225 a été révélée au salon de l’automobile de Francfort avec une double sortie d’échappement, un kit carrosserie sur mesure et un aileron arrière distinctif pour la différencier de la berline standard. Elle utilise le moteur quatre cylindres de 2,0 litres qui a fait ses preuves dans la Clio RS, mais cette fois avec l’ajout d’un turbocompresseur qui porte la puissance à 222 ch. Cependant, en raison d’une suspension légèrement détendue, elle n’a pas réussi à prendre d’assaut la catégorie des hot hatchs.

En 2004, la Clio 172 a cédé la place à la 182, légèrement plus puissante. Elle reçoit une double sortie d’échappement, gagne quelques dixièmes sur le temps de 0 à 62 mph de la 172, et bénéficie de quelques autres modifications visuelles, tandis qu’une 182 Cup à prix réduit se passe de quelques éléments de luxe afin de gagner du poids. Cependant, elle était toujours plus lourde que la 172 Cup sortante et n’est pas aussi bien considérée aujourd’hui.

La 182 Trophy fait exception à la règle : elle est produite avec l’aide de Renault UK pour remercier les clients qui achètent des 182 au rythme de près de 3 000 par an. Seuls 500 exemplaires ont été construits pour la Grande-Bretagne, avec des amortisseurs Sachs sur mesure, une peinture rouge Capsicum et des jantes en alliage Speedline Turini. Elle est aujourd’hui largement considérée comme la meilleure Clio de sa génération.

La Mégane RS a reçu une version Trophy en 2005, faisant taire les critiques grâce à des améliorations de la direction, des freins et de la suspension qui en font une machine beaucoup plus concentrée. Seules 160 Mégane RS ont été construites pour le Royaume-Uni, mais elles se sont arrachées si rapidement qu’une version Cup, disponible dans un plus grand choix de couleurs, a été produite en série. C’est à ce moment-là que Renault a commencé à proposer ses Méganes chaudes avec un châssis Sport ou Cup, laissant les clients choisir entre un comportement plus précis et une conduite quotidienne plus confortable.

Lorsque Renault a remporté le championnat des constructeurs de la saison 2005 de Formule 1, la Mégane Renault sport F1 Team Special Edition a été lancée pour fêter l’événement. Avec sa peinture bleu ultra et ses jantes noires brillantes, elle figurait parmi les hot hatches les plus distinctives du marché et, à l’intérieur, ses sièges baquets Recaro indiquaient qu’il s’agissait d’une véritable voiture de performance, mais elle n’a reçu aucune amélioration mécanique. C’est l’équipe F1 Team R26 qui est allée plus loin, en portant la puissance à 227 ch, en ajoutant un échappement plus puissant et, surtout, un différentiel à glissement limité qui a transformé la tenue de route de la Mégane. Nous avons dit : “Vous seriez fou d’acheter une GTI, ST ou VXR sans d’abord essayer l’une d’entre elles sur un chemin de terre”.

C’est à cette époque que la Clio de troisième génération a reçu sa première version Renault Sport. La RS 197 emprunte son diffuseur arrière et ses évents latéraux de refroidissement des freins à l’école de pensée de la F1, tandis qu’une nouvelle boîte de vitesses à six rapports plus courts et un moteur réglé à 194 ch lui confèrent un meilleur rythme que son prédécesseur. Une 197 Cup a suivi peu après, avec la formule désormais familière : options de couleurs limitées, pas de phares au xénon, climatisation manuelle – mais une économie de 2000 CHF par rapport à la 197 standard.

 

Un article sponsorisé par : https://donilocation.ch/vehicules/renault-megane/

Post a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*