Place du Cirque 3, 1204 Genève, Suisse

+41 22 328 19 78

auditsexpert@gmail.com

La contribution de l'industrie automobile à la technologie -

La contribution de l’industrie automobile à la technologie

 

industrie automobile voiture

 

Source : https://www.le-bottin.com/cat/commerce-et-economie/vehicules

L’industrie automobile est un pilier de l’économie mondiale, un des principaux moteurs de la croissance et de la stabilité macroéconomiques et du progrès technologique dans les pays développés et en développement, et elle s’étend à de nombreuses industries adjacentes. Pour les pays en développement , comprendre l’évolution de l’industrie automobile dans d’autres pays offre une feuille de route pour l’avenir.

L’industrie automobile indienne est le sixième producteur mondial d’automobiles en termes de volume et de valeur. Elle a connu une croissance de 14,4 % au cours de la dernière décennie, selon la SIAM. Avec plus de 35 constructeurs automobiles, l’industrie contribue à hauteur de 7 % au PIB de l’Inde et représente 7 à 8 % de la population active totale du pays.

Pour maintenir le rôle primordial de l’automobile dans la croissance, on doit prendre les bonnes décisions à tous les moments critiques. Ce document examine comment l’industrie, le gouvernement et les principales parties prenantes d’autres pays ont soutenu leur industrie automobile et comment l’Inde et d’autres marchés émergents peuvent utiliser les mêmes stratégies pour créer une dynamique de croissance.

La contribution de l’automobile à l’économie mondiale

L’industrie automobile de base (constructeurs et équipementiers) soutient un large éventail de segments d’activité, en amont et en aval, ainsi que les industries adjacentes (voir figure 1). Il en résulte un effet multiplicateur pour la croissance et le développement économique. En outre, la R&D et l’innovation dans le secteur automobile peuvent profiter à d’autres industries, comme par exemple l’utilisation d’idées innovantes par le secteur des assurances (par exemple, la télématique automobile).

Le noyau de l’industrie automobile soutient les industries en amont et en aval

L’automobile contribue à plusieurs dimensions importantes de la construction d’une nation : générer des recettes publiques, créer un développement économique, encourager le développement des personnes et favoriser la R&D et l’innovation.

La contribution de l’industrie automobile à l’économie

Générer des revenus. Le secteur automobile génère d’importantes recettes fiscales provenant des ventes de véhicules, des prélèvements liés à l’utilisation, de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et des taxes professionnelles. La production et la vente de véhicules neufs et d’occasion, de pièces et de services génèrent des taxes d’accises, des taxes de vente, des taxes sur la valeur ajoutée, des taxes locales et des droits d’importation. Au Japon, par exemple, les taxes liées à l’automobile s’élevaient à 7,72 milliards de dollars en 2012, soit environ 9 à 10 % de l’ensemble des recettes fiscales, selon l’Association des constructeurs automobiles japonais1. Aux États-Unis, l’automobile représente 135 milliards de dollars par an, dont 13 % des recettes fiscales des États et 2 % des recettes fiscales fédérales. En Inde, les droits perçus sur les ventes de véhicules automobiles, d’accessoires et de carburant représentent 7 à 8 % des recettes fiscales centrales en 2012.

En outre, comme les constructeurs automobiles profitent des avantages de la mondialisation par le biais des exportations, ils génèrent également des recettes en devises étrangères. Cela est essentiel pour les performances des comptes courants d’un pays et la balance commerciale avec d’autres économies. Il n’est pas surprenant que la part des exportations automobiles soit plus élevée dans les pays développés que dans les économies émergentes – 18 % en Allemagne et 17 % au Japon, contre 6 % au Brésil et 5 % en Inde. Toutefois, pour certaines économies en développement, 4 à 6 % des recettes d’exportation sont compensées par les importations de véhicules et de composants automobiles.

Développement économique. L’industrie automobile est importante pour le développement économique mondial. À l’échelle mondiale, l’automobile contribue à environ 3 % de la production totale du PIB ; cette part est encore plus élevée dans les marchés émergents, avec des taux de 7 % et plus en Chine et en Inde.

Il existe également une étroite corrélation entre les entrées d’investissements étrangers directs (IED) et la production automobile, en particulier dans les économies en développement. En Chine, par exemple, la corrélation entre la croissance de la production automobile et les IDE est presque de 1 pour 1, car la croissance de l’industrie automobile a suivi de près celle de l’économie chinoise. Les IDE dans le secteur automobile apportent également des investissements dans des industries connexes et peuvent, à terme, conduire au développement d’un écosystème automobile plus large. En Corée du Sud, par exemple, 40 % du total des IDE en 2000 étaient destinés à l’industrie automobile, ce qui a permis au pays de sortir de la récession qui a suivi la crise financière asiatique de 1997. Aujourd’hui, la Corée du Sud est le cinquième producteur mondial de véhicules, et a bénéficié d’un effet multiplicateur puisque les industries adjacentes (telles que l’acier et la finance) profitent également de la croissance. Les ventes d’acier, par exemple, sont passées de 55 000 tonnes en 2002 à 210 000 tonnes en 2012. Chaque emploi dans l’industrie automobile de base entraîne la création de plus de quatre emplois supplémentaires dans les industries en amont ou en aval.

Le développement économique se fait principalement dans deux domaines :

Le développement industriel. Partout dans le monde, l’automobile est une étincelle pour le développement régional. Des grappes industrielles se forment, car les usines des fabricants d’équipements d’origine (OEM) sont entourées d’installations de fabrication de composants, notamment d’aciéries, de fabricants de verre, de concessionnaires de voitures d’occasion, d’ateliers de pièces de rechange et de fournisseurs de services de transport. Ces grappes donnent naissance à de nouvelles municipalités dotées de solides infrastructures routières, de liaisons ferroviaires et de fret, et de nouveaux lotissements. La plupart des grandes économies automobiles disposent de ces grappes, notamment Detroit aux États-Unis et Ulsan en Corée du Sud. Dans les pays en développement, ces grappes comprennent la région ABC près de São Paulo au Brésil, Pune, Gurgaon et Chennai en Inde, et la province de Guangzhou en Chine, où résident aujourd’hui plus de 55 constructeurs automobiles, 100 fournisseurs de composants et 200 000 travailleurs. En 2007, la province de Guangzhou a contribué à 13 % du PIB total de la Chine et son PIB par habitant était supérieur d’environ 75 % à la moyenne nationale.

La mobilité. L’automobile a révolutionné le concept de mobilité, les biens et les personnes pouvant désormais se déplacer plus facilement que jamais d’une région géographique à l’autre. Pendant des décennies, les pays développés ont constaté que l’augmentation du nombre de véhicules et l’amélioration des infrastructures de transport ont permis de lutter contre l’urbanisation, c’est-à-dire la migration des personnes, des entreprises et des industries des villes vers les zones suburbaines nouvellement développées. Cette tendance s’étend aux économies émergentes. À New Delhi, par exemple, les banlieues de Noida et de Gurgaon ont connu un développement important, apportant des sources de revenus cruciales pour leurs États respectifs.
Développement des populations. Dans le monde, il y a un véhicule à moteur pour cinq personnes ; aux États-Unis, il y a une voiture pour 1,25 citoyen. L’automobile peut améliorer la qualité de vie grâce à une mobilité, un confort et une sécurité accrus.

L’industrie contribue également à la création d’emplois et au développement des compétences. Ses nombreux liens en amont et en aval créent des emplois directs et indirects. Pour replacer les choses dans leur contexte, 313 000 personnes étaient employées par les équipementiers aux États-Unis en 2010, et 1,1 million d’autres travaillaient pour les industries adjacentes. Au total, 5 % de la main-d’œuvre américaine avait des liens directs ou indirects avec l’industrie automobile. En Corée du Sud, les équipementiers représentaient 270 000 emplois en 2011, et les industries connexes ont ajouté 1,4 million d’emplois au total, soit un multiplicateur de plus de cinq, ajoutant jusqu’à 7 % des travailleurs du pays (voir figure 4). Au Japon, l’industrie emploie 5,4 millions de personnes, soit 8 à 9 % de la main-d’œuvre totale.

Post a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*