Place du Cirque 3, 1204 Genève, Suisse

+41 22 328 19 78

auditsexpert@gmail.com

Choisir un cloud en Suisse -

Choisir un cloud en Suisse

cloud choix   Il y a plus de dix ans, on savait que l’avenir de l’informatique était dans le cloud. Cet avenir est arrivé beaucoup plus vite que prévu : le marché mondial des services dans les cloud, estimé à 150 milliards de Franc, croît d’environ 25 % par an, selon les sociétés de recherche. Mais cela ne signifie pas que le passage au “cloud” – la migration des données et des tâches des ordinateurs locaux vers des serveurs tiers – est un processus simple. Il existe deux principaux facteurs d’attraction pour les entreprises qui décident de transférer leurs logiciels ou leurs données vers un cloud géré par une société spécialisée : le coût et la polyvalence. Dans le modèle de stockage sur site, l’entreprise doit faire un investissement initial dans l’équipement, la technologie et le personnel. Le cloud change la nature de l’opération : l’informatique devient un service public, comme l’eau ou l’électricité. Ainsi, au lieu de louer une structure, vous payez pour la quantité d’espace utilisée (ou de programmes exécutés) sur le réseau informatique qui constitue le cloud, et l’entreprise peut étendre ou contracter ses activités à tout moment. En théorie, ces avantages sont imbattables. En pratique, plusieurs doutes retardent ou paralysent le changement : comment combiner les systèmes développés en interne avec les programmes proposés sur le marché ? Quelle est l’urgence du changement, si le système actuel fonctionne correctement ? Quel cloud choisir ? Et, peut-être le plus important, que faut-il déplacer vers le cloud et que faut-il garder sur les propres serveurs de l’entreprise ? Pour répondre à ces questions, vous devez d’abord garder à l’esprit qu’il existe plusieurs types de cloud. Il existe également plusieurs types de prestataires, chacun ayant ses propres atouts. Enfin, il existe d’innombrables types de configurations de travail, ce que nous pouvons appeler des architectures de l’information, qui varient en fonction des besoins et des conditions spécifiques de chaque entreprise.

L’esprit pionnier d’Amazon

Les principaux fournisseurs de services dans le cloud sont Amazon, Microsoft, Google et IBM. En tant que pionnier et leader du marché, Amazon Web Services (AWS) est né d’un besoin interne du géant de la vente au détail en ligne. Comme elle devait constamment investir dans le stockage et le traitement des données, l’idée de louer l’espace excédentaire est apparue. Cette activité est devenue si attrayante (12,2 milliards de dollars de recettes, 3,1 milliards de dollars de bénéfices en 2016) que presque tous les géants technologiques disposant d’une infrastructure puissante ont suivi le mouvement. L’avantage initial et une politique agressive de réduction des prix, AWS maintient son leadership dans ce que le marché appelle Infrastructure as a Service, IAAS, et Platform as a Service, PAAS. Elle loue des outils de traitement, du stockage, des bases de données et de la connectivité et fournit un environnement pour le développement d’applications. Des sociétés bien connues, telles que Netflix et Instagram, stockent et exploitent leurs films et photos par l’intermédiaire d’AWS. Même la CIA, le service de renseignement américain, utilise la société pour gérer certaines de ses données. De nombreuses applications que nous utilisons fonctionnent quotidiennement, à notre insu, sur les serveurs d’Amazon.

Le changement de Microsoft

Face à ce leader établi, certains concurrents puissants se défendent. Microsoft a commencé à investir massivement dans le secteur en 2010, avec le lancement d’Azure, qui, à l’instar d’AWS, propose une plateforme et une infrastructure sous forme de service. Un des leviers de sa croissance est le fait que la plupart des entreprises utilisent déjà des logiciels Microsoft, ce qui est censé faciliter la transition. C’est dans cet esprit qu’en 2011, Microsoft a transformé sa populaire suite Office en un service. Grâce à Office 365, au lieu d’acheter la boîte avec la licence, les consommateurs peuvent utiliser le logiciel pour créer des textes, des feuilles de calcul et des présentations moyennant un abonnement annuel. Pour avoir une idée de la force de ses programmes, il suffit de regarder la configuration du marché de l’informatique dématérialisée. Selon la société de conseil Synergy Research Group, les AWS dominent plus de 40 % du secteur des IAAS et PAAS, contre 23 % pour Microsoft, Google et IBM réunis. Lorsque des logiciels en tant que service sont mélangés, comme Office 365, Microsoft aura un fonctionnement équivalent à celui d’Amazon, avec pratiquement le même revenu annuel. Ce n’est pas pour rien que le chef de la division serveurs de Microsoft, Satya Nadella, est devenu le PDG de la société en 2014. Après avoir perdu la bataille des smartphones face à Apple et Google, il sait qu’il doit se préparer à contester les futurs litiges en matière d’intelligence artificielle, de grandes données et de réalité virtuelle. Pour cela, Microsoft aura besoin d’un nombre beaucoup plus important de développeurs dans son écosystème. En plus de générer des revenus, l’azur a été perfectionné pour cela.

Le pari de Google

Google suit un modèle similaire à celui de Microsoft. Le pari est si sérieux que l’entreprise a déjà déclaré qu’elle s’attend à ce que, dans les dix prochaines années, les revenus du cloud computing dépassent ceux de la publicité en ligne, qui constitue aujourd’hui la base de soutien de l’entreprise. Investissant depuis 2008 dans des services similaires à ceux lancés par AWS, Google a déjà facilement occupé le sommet de la pyramide des services en cloud, le SaaS, grâce à la popularité de services utilisés par des centaines de millions de personnes, comme la plateforme de productivité Docs et le courrier électronique Gmail. Son défi est de gagner plus d’espace sur le marché lucratif des entreprises. Pour ce faire, elle doit occuper le milieu et le bas de la pyramide, où l’Amazonie a un grand avantage.

La tradition d’IBM

Le quatrième grand concurrent sur ce marché est IBM. D’une certaine manière, l’entreprise a fait œuvre de pionnier : depuis des décennies déjà, elle vend de l’espace et gère des données et des programmes sur ses grands serveurs. Au début, elle a essayé de résister à l’informatique dématérialisée, mais elle a dû adopter le modèle. La transformation a porté ses fruits. IBM propose une expérience de “cloud privé”, un service à exécuter sur des serveurs dédiés. Mais ce n’est pas suffisant. Pour offrir de l’espace sur ses propres serveurs (un “cloud public”), la société a acheté, en 2013, Softlayer pour 2 milliards de dollars. L’accord a accéléré la transition de nombreuses applications IBM vers le modèle de vente par abonnement. Sa bataille est double : conserver ses gros clients traditionnels et attirer les petites et moyennes entreprises, peu habituées à s’abonner à ses services.

Appel local

Le marché est complété par un certain nombre de petites entreprises. Au Brésil, les acteurs locaux comprennent des fournisseurs de contenu, comme UOL Diveo, des opérateurs de télécommunications, tels que Vivo’s Cloud Server One et Oi’s Smart Cloud, et des sociétés d’hébergement qui ont adapté leurs services à l’informatique en nuage, comme Locaweb. Cependant, en offrant l’infrastructure et la plateforme en tant que service, leurs services sont plus chers, il y a moins d’outils et de nouvelles et le nombre d’ingénieurs travaillant est plus faible, ainsi que l’argent pour sophistiquer l’infrastructure. A tel point que, depuis 2016, Diveo agite un drapeau blanc et se lance dans la revente de paquets AWS. Cependant, ils bénéficient d’une caractéristique du marché intérieur : la loi brésilienne exige que les entreprises étrangères aient des serveurs. Comme la construction de centres de données implique de gros investissements, l’occasion se présente pour des entreprises comme Equinix, Ascenty et Sonda de louer de l’espace dans leurs centres de données pour AWS et Microsoft, par exemple, afin d’installer leurs serveurs au Brésil.

Le couloir des cloud

Compte tenu de toutes ces possibilités, comment choisissez-vous la destination des données et des programmes de votre entreprise ? La première étape consiste bien sûr à évaluer si la transition sera bénéfique. Pour la plupart des entreprises qui ont l’ambition de se développer, la réponse sera oui. Mais il ne sera pas nécessairement nécessaire de faire migrer tout ce qui fonctionne déjà vers un nouvel environnement. Et puis il y a un autre élément : la possibilité de construire des nuages hybrides, un mélange d’infrastructures publiques et privées. Pour prendre la meilleure décision quant à l’emplacement de vos données et logiciels, il est préférable de comprendre comment vous voulez utiliser ces données. Ce n’est pas une question de technologie. C’est une question stratégique. Les entreprises doivent de plus en plus intégrer dans leur processus décisionnel des données qui appartiennent à d’autres bases de données. Même au sein de l’entreprise, il existe souvent des systèmes qui ne communiquent pas entre eux : par exemple, de la paie au CRM ou des dossiers au marketing. C’est pourquoi la figure du “courtier en cloud” se développe sur le marché brésilien, une sorte de courtier doté de fonctions de conseil, qui aide à analyser la taille et le type d’opération du client, pour indiquer la meilleure configuration pour louer des services en nuages. Voici quelques sites web à visiter si vous voulez avoir plus d’informations sur le cloud Suisse
  1. https://www.hebergeurs-suisse.ch
  2. https://evok.com/fr/
  3. https://www.infomaniak.com
  4. https://nexcloud.ch
  5. https://www.swisscom.ch/
  6. https://www.steel-blue.ch
  7. https://www.mtf.ch

Post a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*