Place du Cirque 3, 1204 Genève, Suisse

+41 22 328 19 78

auditsexpert@gmail.com

Augmentation mammaire Genève -

Augmentation mammaire Genève

Le début du XXe siècle a été marqué par de nombreuses idées novatrices en matière d’augmentation mammaire, qui se sont le plus souvent soldées par un échec. Différents matériaux ont été utilisés à cette fin, dont l’utilisation est difficile à imaginer aujourd’hui. Il s’agissait de plombages en caoutchouc, ivoire, verre, coton, caoutchouc de silicone ou éponge en polyéthylène.

Cependant, ce n’est qu’au début de la seconde moitié du XXe siècle que l’aspect esthétique des seins s’est développé de façon dynamique. Au début des années 1960, le chirurgien Uchida a publié un article dans la prestigieuse revue médicale sur l’utilisation des injections de silicone liquide en chirurgie plastique du sein. Aujourd’hui, l’utilisation de silicone liquide en chirurgie plastique du sein est interdite car, comme il s’est avéré plus tard, elle provoque de fortes cicatrices et donc difficile à traiter les malformations. L’ère actuelle de l’augmentation mammaire chirurgicale a eu lieu en 1962. C’est alors que Frank Gerow et Thomas Cronin ont réalisé leur première augmentation mammaire chirurgicale avec des implants en silicone. À l’hôpital Jefferson Davis à Houston a été opéré sur Timmie Jean Lindley, qui après 50 ans dans le BBC Word Service à l’âge de 80 ans, se souvenant de l’effet de la chirurgie : Je pensais qu’elles étaient parfaites… Elles étaient douces au toucher et comme des seins naturels.

Les premiers implants mammaires consistaient en une enveloppe remplie de silicone liquide. L’implant de l’époque présentait un risque de rupture et de fuite de silicone liquide, lié à la nécessité d’effectuer une procédure de réparation. Dans la médecine d’aujourd’hui, on utilise des implants de troisième génération, conçus pour prévenir les complications possibles après une fracture.

De plus, dans les années 1960, la pensée créative des implants a pris une autre direction. A cette époque, le sel physiologique était utilisé pour la première fois pour le remplissage des implants. En 1964, les premières prothèses en silicone remplies de sel physiologique sont fabriquées dans la société française Laboratoires Arion.

Un pas en avant a été franchi avec l’introduction d’une silicone modifiée, dite concentrée, utilisée pour la production d’implants mammaires. Une telle structure assure la sécurité et l’absence de complications dangereuses après une éventuelle rupture de la gaine en caoutchouc, le silicone en gelée ne s’écoule pas de l’intérieur de l’implant. Il en est résulté qu’aujourd’hui, la plupart des fissures sont asymptomatiques. Toutefois, il convient de noter que toute suspicion de fissure de l’implant est une indication pour son remplacement. De nombreuses entreprises de fabrication d’implants offrent une garantie à vie, de sorte que le patient ne supporte pas de frais supplémentaires liés au matériau d’obturation.

Une autre modification significative de la structure de l’implant mammaire a été l’introduction d’une surface texturée de l’élastomère, c’est-à-dire l’aréole. Elle a eu lieu à la fin des années 80 du XXe siècle. L’introduction des pores dans l’aréole externe a permis une meilleure adhésion aux tissus environnants et réduit le risque de mouvement de l’implant. Cette méthode a été utilisée pour produire des implants anatomiques, qui doivent adhérer étroitement aux tissus environnants afin de préserver la forme naturelle des seins. Une autre caractéristique importante des implants anatomiques actuels est la structure du silicone à l’intérieur de l’implant, qui se présente sous la forme d’un gel de silicone très épaissi (gel cohésif) qui, même après de grandes déformations ou un long “malaxage”, reprend sa forme initiale. Ce phénomène est appelé mémoire de forme programmée.

L’histoire des premiers implants anatomiques remonte au début des années 90. Plus précisément, les premiers implants anatomiques ont été lancés sur le marché médical en 1993.

De plus, des méthodes nouvelles et différentes d’augmentation mammaire ont également été examinées et testées, et pas seulement avec des implants en silicone. Au tournant des années 70 et 80 en France, des tissus adipeux aspirés ont été utilisés, ce qui a permis par la suite de modeler la silhouette, y compris les seins. Les créateurs de cette méthode sont les chirurgiens français Yves-Gerard Illous et Pierre Fornir.

Une autre étape très importante dans l’amélioration de ce domaine de la médecine esthétique a été l’introduction de l’imagerie mammaire tridimensionnelle et la sélection par ordinateur d’implants individuels pour chaque patiente. Depuis le début du XXIe siècle, il est également disponible dans notre pays. C’est ainsi que l’histoire de l’augmentation mammaire chirurgicale est présentée en quelques mots. Compte tenu du développement continu de la médecine, nous pouvons nous attendre à l’avenir à l’amélioration des méthodes existantes, ainsi que le travail sur d’autres solutions innovantes en chirurgie plastique du sein.

Indications et contre-indications de la chirurgie d’augmentation mammaire

La chirurgie mammaire, outre les chirurgies plastiques du nez, de l’abdomen et de la liposuccion, est l’un des traitements de médecine esthétique les plus populaires. Selon les données statistiques disponibles, le pays où la plupart de ces interventions sont pratiquées est les États-Unis. Selon les statistiques menées annuellement par l’American Society for Aesthetic Plastic Surgery (ASAPS), en 2013, plus de 313 000 chirurgies d’augmentation mammaire ont été réalisées aux États-Unis. D’autres pays où la chirurgie d’augmentation est tout aussi populaire sont le Brésil, le Mexique, l’Italie et la Chine. C’est le top cinq mondial en termes de nombre de chirurgies d’augmentation mammaire pratiquées.

Plus de 80% de toutes les femmes qui subissent une augmentation mammaire sont des femmes âgées de 20 à 50 ans, dont plus de 50% subissent une chirurgie uniquement pour des raisons esthétiques afin de les faire agrandir symétriquement. Environ 80 % des femmes qui ont subi une intervention chirurgicale pour agrandir leurs seins étaient des femmes caucasiennes. En Pologne, il n’existe pas de statistiques précises, mais on estime qu’environ 7000 à 7500 femmes subissent une augmentation mammaire chaque année.

En analysant les données statistiques, il vaut la peine de regarder l’étude interactive sur un grand nombre de femmes, qui a été publiée en 2004 dans le numéro de mai du Aesthetic Surgery Journal. Dans cette étude, 1350 femmes âgées de 19 à 89 ans qui ont subi une chirurgie d’augmentation mammaire ont participé à l’étude en ligne à www.implantinfo.com en remplissant le questionnaire. Le sondage comportait 56 questions auxquelles il fallait répondre par oui, non ou je ne me souviens pas. Il s’agissait de la deuxième étude de ce type, la première ayant réuni jusqu’à 4011 participants, qui ont répondu à 177 questions. Cependant, le sujet et le problème de la recherche étaient complètement différents. L’âge moyen des répondants qui ont participé à cette étude était de 34 ans, puisqu’il s’est avéré que 74 % d’entre eux vivaient dans des relations stables (65 % des femmes mariées et 9 % en partenariat), et ce qui est intéressant, seulement 9 % étaient des femmes divorcées et 14 % étaient des femmes seules. Une part importante des participants à l’enquête, soit 88 %, étaient des femmes blanches. En termes d’éducation, le pourcentage (39) de femmes ayant fait des études secondaires a prédominé parmi les femmes interrogées qui ont subi une mammoplastie.

En outre, l’étude a montré une grande confiance des patients dans le chirurgien qui a pratiqué la chirurgie, car jusqu’à 90% des répondants ont répondu que s’il y avait des problèmes, ils iraient voir le chirurgien qui a pratiqué l’intervention, en outre, s’ils changeaient leur lieu de résidence, 83% d’entre eux iraient quand même chez leur médecin. Cette étude se concentre également sur le problème des visites de suivi postopératoires. Il montre qu’au cours de la première année suivant l’augmentation mammaire, jusqu’à 92 % des femmes ont été encouragées à se rendre chez le médecin chef de file, mais seulement 41 % des répondantes ont déclaré que leur médecin leur avait recommandé de nouvelles visites de suivi. Selon les auteurs de l’étude, ce pourcentage est nettement trop faible, car les femmes qui subissent une chirurgie d’augmentation mammaire devraient avoir une visite de contrôle annuelle chez leur chirurgien plastique. Toute femme qui planifie une telle intervention devrait en être informée. Il faut souligner que cet examen montre également une autre observation, qui parle d’un pourcentage élevé de femmes qui ne se présentent pas aux visites de suivi ultérieures, ce qui est très probablement dû au fait qu’elles sont satisfaites de la chirurgie et des implants.

L’augmentation mammaire est pratiquée pour diverses raisons, parmi lesquelles il convient de mentionner :

  • Le désir d’améliorer votre apparence – les seins féminins sont sans aucun doute un attribut de la féminité et de la sexualité. Beaucoup de femmes rêvent d’une silhouette parfaite et élancée et d’une poitrine ferme et proportionnée. Une telle image de la femme est promue dans le monde d’aujourd’hui par toutes sortes de médias, il n’est donc pas étonnant que de plus en plus de femmes veulent améliorer la nature, et avec l’aide de la chirurgie plastique vient à eux. Dans ce cas, le traitement d’augmentation mammaire apporte une amélioration de l’estime de soi et permet aux femmes de jouir de leur beauté et de leur charme d’une manière plus grande.
  • Le désir d’améliorer la taille et la forme des seins après la grossesse – les seins après la grossesse peuvent être déformés, c’est-à-dire qu’ils peuvent être à la fois élargis et réduits, le plus souvent pas comme les femmes le veulent, ce qui est la cause de nombreux complexes et une diminution dans le sens de la féminité. Le traitement d’augmentation mammaire peut être effectué sans problème après la grossesse et l’allaitement naturel.
  • Dans le cas d’une asymétrie significative des deux seins – une légère asymétrie des seins droit et gauche est physiologique et survient chez la grande majorité des femmes. Il arrive, cependant, que les tailles des deux seins diffèrent considérablement l’une de l’autre, ce qui affecte négativement l’esthétique et le sens de l’estime de soi et la féminité. Alors il peut être une indication pour l’exécution de la chirurgie plastique chirurgicale.
  • Dans le cas de la chirurgie de reconstruction mammaire – chez les patientes après un traitement radical du cancer du sein, qui peut se dérouler comme une reconstruction primaire ou secondaire. La reconstruction primaire est réalisée en même temps que la mastectomie, c’est-à-dire l’ablation chirurgicale de la glande mammaire. L’avantage de cette méthode est le manque d’expérience psychologique associé à la perte des seins. La reconstruction secondaire est réalisée entre 1 et 2 mois après l’ablation du sein. L’avantage de ce mode est une compréhension approfondie du stade du cancer et du fait que le traitement postopératoire a été effectué.
  • Dans le cas du sous-développement des seins, comme correction d’une anomalie congénitale dans le syndrome polonais, les seins tubéreux ou d’autres troubles – Le syndrome polonais, également appelé anomalie polonaise, est un syndrome rare de défauts congénitaux caractérisé par un sous-développement unilatéral de la poitrine et une déformation du membre supérieur (brûlure courte et syndacty) du même côté. L’étiologie et la pathogenèse exactes de la maladie ne sont pas connues. On pense qu’il est lié au phénomène du trouble perturbateur et, dans ce cas particulier, il s’agit d’un trouble de la circulation sanguine dans l’artère sous-clavière qui, selon les sources disponibles, se produit environ 46 jours après la vie foetale de l’enfant.

Sites Internet pour avancer encore :

  1. http://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-des-seins/augmentation-mammaire/
  2. https://www.hug-ge.ch/chirurgie-plastique-reconstructive-esthetique/augmentation-mammaire-par-prothese-mammaire

Post a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*